search instagram arrow-down

Reconnexion

BEAUTÉ

SIMPLICITÉ

DOUCEUR

AMOUR DE SOI

VIE

ACTION ALIGNÉE

EXPRESSION

LOVE EXPANSION

NAMASTE VENUS

Pas d’événements à venir

Yonity in love

L’Amour au cœur de la douleur

(je publie aujourd’hui ce texte que j’ai écrit il y a déjà presque deux ans je crois. Je suis tombée sur lui … peut être donnera-t-il des pistes à celles qui ont à traverser des expériences corporelles similaires afin de changer de regard et s’auto-accompagner différemment. Aujourd’hui ce n’est plus mon quotidien, tout est processus. Coeurage & Harmonie à vous)

Dans ce corps fibromyalgique, un corps en mue, l’expérience de la douleur chronique était quasi quotidienne si ce n’est continue… le besoin de reprendre place (dans mon corps, sur cette terre) s’est fait intense et il n’était plus autorisé de fuir, de dévier de ce chemin de vie tant la distorsion s’enflammait d’elle-même.

Mon corps en feu intérieur, brûle l’inexprimé, le non-amour, les interdits pour refaire la place, pour fluidifier et m’accueillir de nouveau.

Au début, je n’y comprenais rien mais rien de rien… j’étais tordue de douleurs, j’étais exténuée et puis peu à peu j’ai commencé le processus, j’ai demandé à la douleur de m’enseigner les leçons associées… (aujourd’hui je ne parle même plus ainsi… lol… encore autre chose s’est mis en place… )

J’ai commencé à ne plus la rejeter, à l’accepter mais je n’y comprenais toujours rien… je la voyais toujours comme quelque chose à faire disparaître à terme. Mais ce qu’il y a d’intéressant avec la douleur chronique c’est que vous avez le temps… d’expérimenter, de vous mettre en colère, d’avoir peur de rester à vie comme cela, de désespérer, vous expérimentez aussi la douceur du répit, quelques minutes de Grâce littéralement, vous avez le temps de tout gouter des émotions… tout… Comme un rattrapage accéléré de toutes ces années de fuites et de « barricade » émotionnelle qui ont pu avoir lieu dans une vie qui me semble d’avant.

Peu à peu, très doucement j’ai commencé à comprendre, à avoir moins peur d’avoir mal, je me suis laissée toucher par elle, je l’ai laissé parler à mon cœur, je l’ai laissée m’apprivoiser. Moi cette VATA/PITTA en exil corporel. Elle m’a ramenée dans mon corps de femme. Elle m’a appris à regarder là où l’Essentiel c’était oublié. Il n’y avait aucune place pour le mental et le passage en force, la volonté aveugle n’avait plus droit au chapitre car c’était tout simplement le meilleur moyen de bousiller les avancées grappillées au fil des semaines ! Alors la douleur m’a donné le courage d’être autre chose qu’une pale copie de moi-même & le temps de transformer profondément ce qui demandait à l’être. Elle m’a appris l’importance de relâcher les fascias, l’importance de régénérer son microbiote, l’importance de prendre soin de son corps physique avec bienveillance et gratitude, l’influence des pertubateurs endocriniens (métaux lourds, pilule, pesticides etc), l’importance de boire une eau de qualité pour éviter de s’empoisonner, l’importance de s’hydrater, l’importance de prendre soin de son système nerveux, l’importance de revenir dans son centre, dans son rythme cyclique menstruel et tant d’autre chose sur le plan énergétique… un peu comme un cours accéléré des fondations à poser pour pouvoir vivre cette incarnation en somme. Mais ce n’est pas tout d’avoir des éclairs de conscience, il y a intégrer ces principes au quotidien. Le meilleur ami est encore une fois, le temps…

Et oui, il faut dire qu’au fil de l’ouverture à la douleur qui naissait en moi, j’ai commencé à lui parlé autrement, depuis un autre espace, je suis passée d’un dialogue mental à un dialogue du cœur et du corps, je suis passée de « faut que ça arrête, j’en peux plus » à « merci d’être là et de détoxifier tout ça, attend je te rejoins et on fait ensemble ». Je suis passée de « douleurs et névralgies intenses en continue » à « fatigue avec beaucoup moins de douleurs en continue », et puis « en discontinue ».

Alors j’ai appris à faire des liens entre les déclencheurs de douleur et mon état physique, émotionnel & énergétique. J’ai appris à détecter mes limites de saturation, j’ai appris à ressentir ma vulnérabilité sans la fuir, j’ai découvert que j’avais besoin de temps pour me transformer, j’ai découvert que j’avais absorbé vraiment beaucoup d’énergies qui ne m’appartenaient pas, j’ai découvert comment me des-imprégner de certaines énergies… j’ai appris et découvert tant de choses…

De tous mes enseignements je garde celui qui suit comme le plus précieux… J’ai compris dans mon corps que rien de ce qui ne me pénètre n’est à rejeter en mode peur et hyperprotection. Chaque espace corporel en moi est à habiter et nourrir d’Amour & de respect. L’extérieur (inconscient collectif, forme-pensée, émotions et projections d’autrui) ne peut remplir ou parasiter le plein qui est aimé.

Je reviens à ma place dans mon corps, au cœur de la Vie.

Yonity in Love

three multicolored jellyfishes
Photo by Irina Iriser
%d blogueurs aiment cette page :